Partager

Exit sous l’oeil des médias


"Je suis davantage là pour pousser à la vie qu'à la mort"

Télécharger (1.08 Mo)mime icon

Portrait de Mme Gabriela Jaunin.

Accompagnatrice depuis plus de 16 ans et coprésidente d'EXIT ADMD Suisse romande.

Par Coppelia Piccolo, Cubemedia.fr

COLLOQUE 2020

Province du Luxembourg
7 mars 2020

Télécharger (1.38 Mo)mime icon

"Choisir sa fin de vie"

Actes du colloque auquel ont participé nos coprésidents, Mme Gabriela Jaunin et M. Jean-Jacques Bise.

EXIT sur la RTS

Retrouvez tous les enregistrements vidéo et audio évoquant EXIT sur le site de la Radio Télévision Suisse (RTS)

Fil de l’actualité et vidéos sur Google

Retrouvez par ordre chronologique inverse les dernières actualités ainsi que les vidéos en lien avec EXIT et l’assistance au suicide.

EXIT sur YouTube

Découvrez les vidéos YouTube en lien avec EXIT et l’assistance au suicide.

Littérature chez Payot

Découvrez les ouvrages évoquant l’assistance au suicide sur le site des librairies Payot.

EXIT, le droit de mourir

Fernand Melgar a passé deux ans au sein d’EXIT Suisse romande, filmant avec beaucoup de délicatesse le quotidien de l’association et des personnes malades qui envisagent de recourir à l’assistance au suicide. Ce film documentaire suisse est sorti en 2005.

video

Voilà comment je veux mourir

Ce "Temps Présent" diffusé en 2016 évoque deux manières d’envisager sa fin de vie : Les soins palliatifs et l’assistance au suicide. Pour Fabienne, le choix est clair et irrévocable. A 85 ans, cette Valaisanne souffre d’une grave insuffisance rénale ainsi que d’un cancer du sein. Elle opte pour l’autodélivrance avec l’aide d’EXIT.

Le choix de Jean

Atteint d’une maladie incurable, Jean Aebischer a choisi de mettre un terme à sa vie dont la qualité se péjore. Ce reportage retrace pudiquement ses derniers mois de vie, ses adieux. Avec l’aide d’EXIT, Jean s’en est allé paisiblement le 6 janvier 2004 après avoir absorbé la potion létale de pentobarbital.

video

La fin de vie, une aventure

Ouvrage de Lydia Müller (2012)

La "mourance", un accouchement en fin de vie ? Avec une époustouflante précision et une grande sensibilité, l’auteure met en parallèle ces deux traversées initiatiques que sont la naissance et la "mourance", comme deux pans d’une même porte. Les découvertes récentes sur la naissance (issues de la psychologie des profondeurs et apportant en soi déjà un nouvel éclairage sur le début de vie) livrent une grille de lecture novatrice et passionnante pour le chemin inverse, et pourtant si semblable.

image

L’aide au suicide

Ouvrage du Dr Jérôme Sobel et de Michel Thévoz (2009)

Ce livre est d’abord un manifeste : contre l’acharnement thérapeutique, bien sûr. Mais aussi contre l’acharnement palliatif. Contre l’hypocrisie de médecins plus soucieux de la promotion de leur spécialisation que de l’état de leurs patients. Contre l’opportunisme de politiciens qui surfent sur l’opinion publique au lieu d’affronter la réalité. Et contre notre lâcheté à tous devant un des derniers tabous de notre temps.

image

Vous ne connaîtrez ni le jour ni l’heure

Ouvrage de Pierre Béguin (2012)

Le 28 avril, à 14h. C’est l’échéance que ses parents ont donné à leur vie. Ils l’ont décidé, ils se sont inscrits à "EXIT". À la veille de cette séparation, il retourne chez ses parents partager les derniers moments de leur existence. La décision de ce suicide assisté est une déferlante dans sa vie. Mille questions, autant de sentiments se bousculent dans sa tête et dans son cœur. Accepter ? Refuser ? Savaient-ils seulement qu’il les aimait ? Un livre poignant de sensibilité sur un sujet très controversé.

image

La mort heureuse

Ouvrage de Hans Küng (2015)

Comment un théologien catholique peut-il, ose-t-il, défendre l’idée d’une "aide à mourir", appelée aussi "suicide assisté" ou "accompagné", ou encore "euthanasie" ? Précisément au nom de sa foi ! "Justement parce que je crois en une vie éternelle, j’ai le droit, le moment venu, de décider quand et comment je vais mourir". C’est comme croyant que Hans Küng défend une fin de vie digne de l’homme, de son humanité. "Un Dieu qui interdirait à l’homme de mettre fin à sa vie quand la vie lui fait porter durablement des fardeaux insupportables ne serait pas un Dieu amical à l’homme". Hans Küng parle pour lui-même et ne veut rien imposer à personne. Mais avec beaucoup de délicatesse et de nuances, il revendique, pour ceux qui n’en peuvent plus de vivre, le droit de partir quand ils l’ont souhaité, en toute clarté et lucidité.

image